Les fleurs éternelles de Boucheron

Quand on parle de fleurs éternelles on se représente une fleur d’immortelle délicatement séchée dans un livre ou un bouquet de mariée précieusement conservé sous cloche de verre. Ces fleurs n’ont pas toujours gardées leur couleur et ce qu’on regarde c’est un souvenir chéri assorti d’un regret pour ces beautés botaniques dont la vie est un fantôme. Les fleurs nous émeuvent parce qu’elles sont belles et éphémères, parce qu’elles symbolisent une saison, une vie, un amour.

En 2018, pour ses 160 ans, Boucheron a sorti une collection incroyable où il gardait les fleurs et la nature en vie.

Fleur éternelle Boucheron
Fleur éternelle – Boucheron

Pour cela, il a utilisé des techniques avant-gardiste et notamment numériques. Ce faisant, il rendait inutile les guerres de chapelle entre les puristes de la joaillerie qui estiment qu’un bijou doit être entièrement fait à la main et les modernes qui jurent que l’avenir de la joaillerie est numérique. Parce que Boucheron a montré dans sa collection Nature Triomphante que la haute joaillerie peut donner par son exigence et son savoir-faire la qualité de haute façon aux technologies numériques.

Bien sûr, cette affirmation est mon opinion et je la partage, mais je comprendrais si vous n’aviez pas la même et je vous invite bien entendu à me la faire parvenir sur les réseaux sociaux d’il était une fois le bijou. Mais je vais vous détailler ma position.

Lierre givré

Pour moi, le collier « Lierre Givré » incarne l’idée de la reproduction du réel par la technique. Alors oui, les joailliers s’inspirent souvent de la nature. On se souvient que beaucoup d’artistes de l’Art nouveau ont commencé leur travail à partir des dessins appelés « œuvre artistique de la nature » réalisé en 1904 par le médecin Ernst Haeckel.

Mais justement toute la recherche artistique de cette époque était de partir du réel pour se détacher du formes d’art du XIXe qui non seulement s’inspiraient du passé mais fonctionnaient sur une symbolique gréco-romaine qui apparaissait alors comme un formatage. Et leur objectif était de créer une nouvelle forme d’art pour aller vers un univers différent. Le retour à la nature était comme le fait de faire « reseat » sur l’ordinateur. Une mise à zéro et non une fin en soi. On attend alors de l’art une interprétation du réel pour faire partager des émotions.

gouaché - Lierre Givré - Boucheron
gouaché – Lierre Givré – Boucheron

C’est ce qui est intéressant dans cette façon de la maison Boucheron de coller à la réalité de la nature, c’est que sa démarche est inverse. Il s’agit ici de savoir reproduire la nature parce qu’intrinsèquement elle génère des émotions. Le bijou ainsi réalisé, avec tout l’art joaillier qu’il sous-tend, nous transmet en brut et par sa perfection identique l’émotion directement issue de la nature.

Collier - Lierre Givré - Boucheron
Collier – Lierre Givré – Boucheron – photo Boucheron

Concrètement, Boucheron a scanné une à une les feuilles de lierre ce qui a permis de rendre avec exactitude les volumes comme les nervures de chaque feuille mais aussi leur irrégularité naturelle. Pour rendre l’aspect du givre, chaque feuille est bordée de cacholong, également appelé agate Kalmuck, qui est une sorte opale très dure (d’une dureté de 6 sur l’échelle de Mohs) et d’un blanc laiteux. Et comme nous sommes en haute joaillerie chaque feuille est articulée et montée sur trembleuse comme je vous en ai déjà parlé dans l’épisode 31.

Collier détail cachalong et diamant - Lierre Givré - Boucheron
Collier détail cachalong et diamant – Lierre Givré – Boucheron

Et pour finir de reproduire la nature, le collier est conçu avec une grande souplesse (ce qui est complexe à réaliser avec le métal), et peut se déplier entièrement. La maison Boucheron définit cette recherche technique et artistique par « naturiste ».

Collier déplié - Lierre Givré - Boucheron
Collier déplié – Lierre Givré – Boucheron – photo Boucheron

Nuage de fleurs

2e étape dans l’alliance entre les technologies numériques et l’art joaillier, le collier « Nuage de Fleurs », exprime à lui seul, toute la force poétique d’une nature fragile. Il représente des grappes de fleurs d’Hydrangea. Sous sa forme de plantes horticole, l’hydrangea mute pour devenir les hortensias que vous connaissez.

Le collier « Nuage de Fleurs » représente parfaitement les boules de fleurs serrées les unes aux autres, dont l’accumulation naturelle donne quand même une impression de légèreté par la petite taille des fleurs et leur simplicité de forme.

Nuage de Fleurs - Boucheron
Nuage de Fleurs – Boucheron – photo Boucheron

Boucheron a reproduit le coté « boule » des Hydrangea en créant un collier grappe et foisonnant, il a scanné chaque fleur et a joué sur les pétales sur lesquelles il a juxtaposé la nacre pour un effet impressionniste des couleurs. Encore une fois le collier est souple et témoigne de la grande maitrise des techniques joaillières. Il est en or rose, parsemé de diamants et au centre une sublime tourmaline rose coussin de 42.96 carats concentre le regard.

Mais le plus impressionnant, c’est que ce collier Nuage de fleurs n’est plus seulement l’alliance de la technologie et de la haute joaillerie mais une sur-interprétation de la nature, dans lequel la technologie numérique permet d’atteindre la perfection d’un bijou devenu sur-réaliste.

Fleurs éternelles

Le 3e cheminement de Boucheron dans cette utilisation des technologies numériques et d’autres techniques dans la haute joaillerie est la réalisation de 9 bagues en fleurs éternelles.

Cette fois, la Maison Boucheron a utilisé la technologie de scanner médical, pour arriver à reproduire en 3 dimensions et une à une, les 500 pétales des 9 fleurs présentées. Chaque pétale de métal est ainsi non seulement unique mais parfaitement identique au pétale naturel dans sa finesse comme ses aspirités.

3D - Fleur éternelle - Boucheron
3D – Fleur éternelle – Boucheron

Ensuite, Boucheron a travaillé avec une artiste-pétaliste, qui a réussi, grâce à un procédé gardé secret, à stabiliser les véritables pétales et leurs couleurs sans produits chimiques.

Il a fallu également une année complète de Recherche et Développement pour parvenir à créer une laque à mettre sur les pétales stabilisés qui ait, à la fois, l’effet mat de la nature et la solidité qu’on attend des bijoux de haute joaillerie. Et enfin, le pétale a été marouflé sur le métal.

Hortensia Violet Bleu - saphir indigolite troïda - 8,7 carats - Boucheron
Hortensia Violet Bleu – saphir indigolite troïda – 8,7 carats – Boucheron – photo Boucheron

Dans cette aventure, le savoir-faire joaillier s’est non seulement allier au numérique mais à la science, inspiré par la Directrice des créations Claire Choisne. La maison a ainsi recréé la nature des anémones, violettes, hortensias et pivoines, comme un alchimiste.

Bien entendu, l’attention aux détails si caractéristique de la haute joaillerie est toujours présente dans les corps de bague en titane afin que la couleur de chaque fleur soit celle du bijou et dans le dessous de chaque pétale, serti de gemmes dont la couleur concorde.

Pivoine Choral Charm - topaze impériale - 8,18 carats - Boucheron - photo Boucheron
Pivoine Choral Charm – topaze impériale – 8,18 carats – Boucheron – photo Boucheron

Les pierres centrales sont évidemment de toute beauté comme la bague Pivoine Avis Varner avec un saphir padparadscha de 4,16 carats, la Anémone Néron Bordeaux avec son saphir violet de 7,29 carats, la Pivoine Choral Charm avec une topaze impériale de 8,18 carats ou encore l’Hortensia Violet Bleu avec un saphir indigolite troïda de 8,7 carats.

Ma préférée est peut être l’Hortensia Rosita avec ses 2 fleurs violettes au cœur de diamants jonquille.

Hortensia Rosita - diamant jonquille - Boucheron - photo Boucheron
Hortensia Rosita – diamant jonquille – Boucheron – photo Boucheron

N’hésitez pas sur les réseaux sociaux d’Il était une fois le bijou à me dire laquelle emporte votre cœur.

Pour le podcast c’est ici :

Laisser un commentaire