Qu’allez-vous choisir comme VRAI diamant ?

En ce mois de mai où l’on pense “fiançailles”, cette question prend tout son sens. Surtout depuis que l’on sait que le procédé CVD permet de créer des diamants de synthèses de formule identique à ceux issus de la terre et de qualité IIa, c’est-à-dire joaillière !

Diamants naturels vs diamants de synthèse : lequel est VRAI ?

Diamants naturels et diamants de synthèse se forment grâce à la conjonction d’une température de 2000 °C, d’une pression de 75 tonnes par cm2 sur une base chimique de carbone.

Mine de diamants naturels – photo presse DPA

Le diamant naturel est le témoignage de l’histoire de notre Terre : il s’est formé il y a plus de 3,3 milliards d’années à des profondeurs extrêmes entre 140 et 800 km, et le phénomène s’est arrêté il y a déjà 900 millions d’années. Il est donc définitivement rare et exceptionnel.

Les diamants de synthèse sont produits grâce à 2 technologies : HPHT (High Pressure High Temperature) ou CVD (Chemical Vapour Deposition) qui permet de créer de grosses pierres. Ces procédés ne sont pas nouveaux : l’industrie les utilise depuis 1956. Ce qui change, c’est la possibilité depuis 5 ans d’utiliser ces process pour créer des pierres de qualités joaillières en 2 ou 3 semaines, indétectables à l’oeil.

Process des diamants de synthèses – photo presse DPA

Quel diamant est éthique ?

La filière minière travaille énormément sur la valeur éthique : le processus Kimberley permet d’éviter les diamants de sang, l’emploi se fait sur une base de co-responsabilité avec les communautés locales, le sustainability report est indispensable et audité indépendamment suivant les normes GRI (lequel suit les programme des Nations Unis),  l’impact environnemental et très contrôlé et bien sûr la traçabilité est très surveillée.

Diamants bruts naturels

Cependant les diamants de synthèse bénéficient souvent d’une perception éthique car ne venant pas de la Terre ils semblent exempts de son exploitation. Le souci est bien dans les conditions de fabrication industrielle. Comme l’indique d’ailleurs le nom des process, ils sont une création chimique avec tous les dangers que cela peut avoir comme impact environnemental.

Aussi, je laisse chacun décider s’il est plus éthique d’extraire un cadeau de la Terre ou de célébrer le génie industriel humain.

Quelle valeur pour quel diamant ?

C’est là que se cristallise la différence. Le diamant de synthèse a tenté de concurrencer le diamant naturel en argumentant de sa ressemblance, de sa formation technique et de sa formulation chimique. La filière diamants naturels s’est donc structurée pour souligner sa différence et tout d’abord préserver sa valeur.

Les plus grands producteurs (De Beers, ALROSA, Rio Tinto, Dominion, Petra, Gem, Lucara et RZ Murowa Holdings) se sont rassemblés dans la DPA (Association des Producteurs de diamants) et ont lancé pour les professionnels un programme appelé Assure contre la contamination involontaire de leurs stocks de diamants par des diamants synthétiques de test (https://diamondproducers.com/assure). En France, le Collectif Diamant regroupe les organisations référentes de la filière diamant française : La DPA (Association des Producteurs de diamants), l’UFBJOP (Union Française de la bijouterie, Joaillerie, Orfèvrerie des Pierres et des Perles), le LFG (Laboratoire Français de Gemmologie), Francéclat et l’UBH (Union Bijouterie Horlogerie). Pour le public, leur site  www.diamant-naturel.fr est une mine d’informations.

solitaire avec pavage

L’enjeu est très important car si les pierres de belles tailles sont traçables tout au long de leur extraction jusqu’à votre bague et qu’un diamant de plus de 0,5 carat s’assortit d’un certificat d’origine, les petits diamants de moins de 0,2 carat sont vendus “en mêlé” (comme un petit paquet). Ces pierres qui peuvent être de quelque centième de carat servent notamment à réaliser les pavages. La vérification une à une de ces diamants dans les machines excède le prix de la pierre, aussi des mélanges frauduleux sont-ils possibles et ont même été déjà découverts. C’est pourquoi, les acteurs de la filière diamants se mobilisent aussi intensément car la confiance constitue le socle de la filière (c’est la même chose pour les cours de la monnaie, la bourse, …).

Personnellement, ma boite à bijoux comporte des pièces en résine et des bijoux fantaisie que j’aime beaucoup car ils sont le symbole d’une émotion mais je connais concrètement leur valeur intrinsèque. J’ai quelques bijoux qui brillent, je connais leur matériaux et j’adore les porter pour éclairer une tenue. Les diamants synthétiques, sont à mes yeux de l’ordre de l’accessoire de mode. Je veux bien que l’on m’offre un bijou de mode, signé ou non, pour ce qu’il est : une création.
Les diamants de synthèses font partis, pour moi, d’une collection saisonnière : d’autres femmes vont avoir le même.
Mais sincèrement, si mon amoureux me déclare sa flamme par un diamant je souhaite un diamant naturel : un fragment de l’histoire du monde, le reflet de l’exception, de la pierre d’éternité que je souhaite incarner aux yeux de mon Homme.

Laisser un commentaire

Fermer le menu